Thiloan Kenzouré est une auteure polyvalente : elle est à la fois l'illustratrice et la conteuse des histoires qu'elle écrit. Spécialisée dans l'édition jeunesse, Thiloan a créé sa propre structure d'auto-édition dans laquelle elle vend ses histoires sous forme d'applications disponibles sur l'Apple Store et Google Play. Sa mission est d’aider les enfants dans les hôpitaux grâce à la magie de ses histoires qui évoquent le voyage et la découverte. Son autre mission est d'aider les personnes à libérer leur potentiel créatif. Pour mener à bien sa première mission (et construire sa légitimé pour la seconde) elle a débuté une campagne de presse à succès en suivant les conseils de ma formation. Elle a notamment multiplié sa visibilité par 1 000 sur sa page Google+ ! Découvrez dans cette interview les techniques qu'elle a utilisé pour arriver à ces résultats et comment vous pouvez faire de même.

Interview : Comment Thiloan Kenzouré est passée d’une audience de 30 vues à plus de 43 000 vues grâce à son passage TV sur France 3

Thiloan Kenzouré est une auteure polyvalente : elle est à la fois l’illustratrice et la conteuse des histoires qu’elle écrit. Spécialisée dans l’édition jeunesse, Thiloan a créé sa propre structure d’auto-édition dans laquelle elle vend ses histoires sous forme d’applications disponibles sur l’Apple Store et Google Play. Sa mission est d’aider les enfants dans les hôpitaux grâce à la magie de ses histoires qui évoquent le voyage et la découverte. Son autre mission est d’aider les personnes à libérer leur potentiel créatif. Pour mener à bien sa première mission (et construire sa légitimé pour la seconde) elle a débuté une campagne de presse à succès en suivant les conseils de ma formation. Elle a notamment multiplié sa visibilité par 1 000 sur sa page Google+ ! Découvrez dans cette interview les techniques qu’elle a utilisé pour arriver à ces résultats et comment vous pouvez faire de même.

L’interview audio de Thiloan Kenzouré :

Prenez de quoi noter et appuyez sur play pour écouter l’interview.

Cliquez-ici pour télécharger le fichier au format MP3

Faites : « Fichier > Enregistrer sous… » sur votre navigateur web si le téléchargement ne démarre pas automatiquement.

Ce que vous apprendrez dans cette interview :

[00:45] Qui est Thiloan Kenzouré ?

[00:51] Quelle est son activité ?

[03:19] Pourquoi a-t-elle souhaité médiatiser son activité ?

[03:38] Quelle méthode de médiatisation a-t-elle utilisé ?

[03:52] Quels ont été ses résultats dans les médias ?

[05:56] Qu’en a-t-elle retiré ?

[10:13] Quelles sont ses prochaines actions ?

[22:50] Message de fin

Les livres de Thiloan Kenzouré :

Les résultats de Thiloan dans les médias :

Retrouvez toutes les parutions médiatiques de Thiloan à cette adresse.

thiloan-kenzoure-43000vues

(Cliquez sur l’image pour l’agrandir)

Retranscription de l’interview :

Alexandre : Bonjour à tous et bienvenue dans cette nouvelle interview dans laquelle je vais interviewer Thiloan Kenzouré qui est une auteure autoéditée et qui connait un succès assez intéressant dans la presse en ce moment. Sur Facebook, en voyant ses derniers résultats, je me suis dit, il faut que je lui parle. Donc aujourd’hui on est réunis. Bonjour à toi, Thiloan.

Thiloan : Bonjour.

Alexandre : Tu vas bien ?

Thiloan : Je vais très bien. Je te remercie.

Alexandre : Je t’en prie. C’est un vrai plaisir. Je pense que tu as pas mal de choses à apporter à ceux qui vont nous écouter aujourd’hui. D’ailleurs est-ce que tu pourrais commencer par te présenter. Qui es-tu ? Qui se cache derrière Thiloan ? Quelles sont tes activités sur Internet et dans l’édition ?

Thiloan : Je me présente. Thiloan Kenzouré. Je suis auteure, illustratrice, conteuse. Je me suis spécialisée dans l’édition jeunesse en montant ma propre maison d’édition. Je me spécialise actuellement dans les contes-thérapies parce qu’ayant vécu quelques expériences de handicap par rapport à mon papa qui avait eu une dégénérescence de la macula, etc., et pour avoir accompagné des personnes malheureusement en phase terminale de maladies, j’ai rencontré évidemment des personnes très lumineuses récemment et qui m’ont donné cette envie de proposer évidemment mes livres aux personnes malvoyantes. Donc j’ai créé suite à ça une application audio, Conter, qui est disponible actuellement sur Apple Store et Google Play. Après avoir fait ta formation, j’ai lancé un tas de communiqués de presse qui ont donné de très bons résultats. Donc je suis en ce moment en plein lancement de ce grand projet qui est d’aider les enfants dans les hôpitaux, d’aider les personnes à libérer leur potentiel créateur, si j’ose dire.

Alexandre : OK. C’est super, c’est très complet. Donc pour résumer, j’ai cru comprendre que tu fais de l’autoédition, des livres qu’on peut lire mais aussi qu’on peut écouter.

Thiloan : Voilà.

Alexandre : Tu as différentes cibles, il y a les enfants mais les adultes aussi ?

Thiloan : En fait, oui. Je me suis rendu compte qu’en lisant mes contes aux enfants, cela intéressait aussi beaucoup les parents. Il n’y a pas très longtemps de cela, je me suis rendu compte finalement que tous les contes que j’écrivais contenaient des mots-clés qui faisaient du bien. C’est ce que les parents sont souvent venus me dire, avec beaucoup d’émotion, en me disant, vous nous avez fait pleurer, vous nous avez réveillé notre enfant intérieur. Je me suis rendu compte finalement que c’était tout aussi intéressant de travailler avec les parents, autant qu’avec leurs enfants.

Alexandre : Donc il y a une vraie histoire derrière, il y a du vrai sens. Donc à un moment donné tu t’es inscrite à une de mes formations. Tu t’es dit, il faut véhiculer ce message à plus large échelle. C’est bien ça ?

Thiloan : Voilà. C’est exactement ça. C’est ce qui m’a motivée. Quand j’ai vu ta formation, je n’ai pas hésité. J’ai suivi tes conseils à la lettre.

Alexandre : Ça se voit par rapport aux résultats.

Thiloan : J’ai fait un communiqué de presse qui a beaucoup plu puisque j’ai eu en effet de très bons retours.

Alexandre : Tu peux nous en dire plus sur tes retours. J’ai vu qu’il y avait pas mal de presses locales, La Provence, etc. Tu peux nous en dire plus ?

Thiloan : J’ai eu la chance de passer le 25 décembre au soir sur FR3 Provence-Alpes-Côte d’Azur. On m’a appelée en me disant que mon travail était fantastique, que mon travail était très bon. Ça m’a fait très plaisir, bien entendu.

Alexandre : Ça, c’était suite à un envoi de communiqué de presse ou avant l’envoi du communiqué de presse ?

Thiloan : Suite à mon envoi de communiqué de presse.

Alexandre : D’accord.

Thiloan : D’ailleurs celui que je t’avais soumis pour te demander ton avis.

Alexandre : Effectivement oui. Alors pour ceux qui n’ont pas suivi l’affaire parce qu’effectivement c’était une conversation entre nous. Tu m’as envoyé ton projet de communiqué de presse, je t’ai renvoyé 2-3 retours. Il m’a semblé qu’il n’y avait pas grand-chose à revoir parce que tu avais quand même bien suivi le plan. Je ne sais pas si tu te souviens des détails que je t’avais dit de modifier, mais les résultats sont là. Tu es passée par quelle plateforme de routage de communiqués de presse ? Tu les as envoyés directement aux journalistes ou tu as utilisé une liste de diffusion ?

Thiloan : En fait j’ai utilisé les deux, une liste de diffusion et j’ai aussi envoyé à des adresses que j’avais récoltées par ici et par là. Suite à FR3, j’ai eu une demande du journal La Provence-Pays d’Aix où j’ai eu droit à la première page et à la neuvième page. Le journaliste est venu donc m’interviewer à mon domicile, il a aussi fait un très beau reportage en expliquant tout ce que je faisais et ce que je proposais.

Alexandre : D’accord. Là où ça devient assez intéressant, tu dis que tu as un passage sur France3 et que suite à ça il y a eu d’autres journalistes locaux qui ont vu cette info et qui t‘ont contactée par rapport à ta diffusion sur France3 ou avant la diffusion et pendant l’envoi de communiqué de presse ? C’était suite à quoi ?

Thiloan : En fait, par rapport aux deux. Par rapport évidemment à ma visite sur France3 mais au fait aussi que j’ai continué à envoyer des communiqués de presse et à ne pas hésiter à faire des relances comme tu nous l’avais conseillé. Donc j’ai d’autres personnes par rapport à FR3 qui m’ont contactée en privé, notamment pour diffuser mon conte dans les écoles.

Alexandre : C’est super. C’est une grosse opportunité, là.

Thiloan : Voilà, tout à fait. Une dame qui m’a contactée et qui a une agence de spectacles, qui se propose pour le jour de l’an chinois, ou plutôt vietnamien, de lire le carnet de voyage que je viens de sortir. Là, j’ai encore beaucoup de propositions avec éventuellement d’autres parutions d’ici peu de temps.

Alexandre : OK. Ce que tu dis là, c’est extrêmement intéressant parce qu’avant de commencer à faire de la presse, on n’imagine pas vraiment le pouvoir que ça peut avoir en termes d’opportunité aussi derrière. Effectivement il y a les journalistes qui vont parler de nous, on est visible à la télé, sur Internet mais derrière il y a des gens qui vont vraiment regarder l’information et qui vont la trouver aussi pertinente. C’est là qu’on a des propositions, comme tu le dis, de lectures, et éventuellement d’autres projets aussi. C’est une part qu’on néglige et qui devrait être là dans un coin de notre tête, parce que c’est aussi comme ça que j’ai pu publier mon propre livre avec une maison d’édition qui m’avait suivi. Donc ce que tu dis là fait vraiment écho à une stratégie de presse rondement menée. Du coup, tu m’avais dit par email que tu avais continué à recevoir des propositions, comment tu fais pour expliquer à ceux qui nous écoutent, est-ce que tu envoies à intervalles réguliers des communiqués de presse ou tu fais par campagne ou c’est tout simplement les demandes que tu avais en attente que tu gères, comment tu fonctionnes exactement ?

Thiloan : En fait, ce serait plutôt par campagne. Là, pour mon premier communiqué de presse, j’ai comme l’a dit le journaliste dans La Provence parié sur l’ebook, sur le livre numérique, le livre audio. J’ai communiqué sur cette partie-là, sur le fait que j’aide les personnes handicapées, que j’aide les personnes dans les hôpitaux, les enfants. Je pense aussi que c’est ce qui a un petit peu intéressé, le côté altruiste de la chose, je n’ai pas hésité d’en parler dans le communiqué, comme tu nous avais appris à le faire. C’est-à-dire se présenter tout simplement et donner la passion que l’on a. Je pense que c’est ça qui a déclenché l’intérêt des journalistes.

Alexandre : Oui, ça c’est tout à fait juste quand tu dis, j’ai mis en avant mon ebook mais aussi et surtout l’histoire et le sens de ce que je fais. Effectivement c’est là où tout se joue parce qu’il y a pas mal de lecteurs qui demandent, moi je n’ai qu’un guide numérique, c’est difficile d’en parler et c’est difficile d’attirer les journalistes. C’est vrai que ce n’est pas le meilleur format de produit parce que les journalistes préfèrent recevoir un livre sur leur bureau, c’est plus tangible, c’est plus réel pour eux. Mais si derrière il y a une vraie histoire, quelque chose qui va toucher, donc là on est en plein dedans avec toi et ce que tu fais, le service que tu rends aux gens et le bonheur que tu peux leur apporter, c’est ce qu’il faut faire aussi. Parce que lorsqu’on écrit des choses, on ne fait pas qu’écrire un livre, on apporte de la valeur et on apporte une réponse à quelqu’un.

Thiloan : C’est ça.

Alexandre : Ça, tu l’as tout à fait mis en valeur, tu l’as bien compris.

Thiloan : Oui, on apporte sa passion tout simplement. D’ailleurs, grâce à ça, moi aussi, je me suis finalement passionnée pour ce que je fais et ça a changé ma vision et ça a changé tout mon travail, tout mon business en fait.

Alexandre : C’est super. Ça t’a bien motivée, ça t’a bien boostée pour la suite.

Thiloan : Oui.

Alexandre : Justement j’ai une question là-dessus. Par rapport à ça, quels sont tes prochains projets d’édition ou tes projets de stratégie média, est-ce que tu peux nous en dire plus ?

Thiloan : Oui, bien sûr. En deuxième communiqué de presse, je me suis préparé un dossier de presse qui est beaucoup plus explicite dans tout ce que j’ai fait jusqu’à aujourd’hui et quelle est ma vision des choses. Donc ça, je continue à l’envoyer à mes contacts, aux contacts que j’ai eus jusqu’à présent. Mon prochain communiqué de presse va parler de mon deuxième livre qui sort très bientôt, qui est la suite de mon carnet de voyage, tome 2. L’histoire toujours de ma petite héroïne qui voyage dans le monde entier et qui raconte son expérience à travers les pays qu’elle visite et qu’elle rencontre. Parce que cette héroïne veut devenir ornithologue. Au fur et à mesure de cette prise de conscience grâce aux passages dans les médias, etc., ça m’a fait réaliser à quel point il était important de communiquer sur, ce que je te disais tout à l’heure, la passion. Le tome 2 va parler d’un conte-thérapie, d’un petit oiseau qui ne savait pas chanter et qui va apprendre à le faire très facilement. De là, est venue l’idée de sortir des contes thérapie pour aider les personnes à libérer leur potentiel créateur, leur potentiel réussite.

Alexandre : C’est un super projet, et en plus ce qui est pratique c’est que tu peux effectivement faire des suites et continuer à communiquer dessus. Donc c’est vraiment un beau projet. Je voudrais rebondir sur quelque chose, puisque comme tu commences à avoir de l’expérience en matière de relation presse, si tu devais retenir 2-3 conseils que tu pourrais partager avec ceux qui veulent se lancer mais qui n’ont pas encore écrit leur premier communiqué, qui hésitent encore sur leur stratégie, est-ce que tu aurais des conseils à leur donner sur ce qui fonctionne avec les journalistes, ce qu’il faut éviter, etc. ?

Thiloan : Être simple et concis, ce que tu nous as conseillé de faire, avec ce que je disais tout à l’heure le mot passion, qu’est-ce qui nous passionne dans ce que l’on fait et qu’est-ce que ça va apporter aux autres. Parce qu’aujourd’hui je pense que les gens ont besoin de ça, ont besoin d’aide, que ce soit dans le développement personnel ou que ce soit dans leur business, dans leur job, ou dans leur vie de tous les jours. Les gens ont besoin de gens vrais, ils ont besoin qu’on leur parle sincèrement. Donc mon conseil, ce serait de parler de soi avec passion tout en étant simple et concis, tout en respectant comme dans la formation, comme ce que j’ai appris, se présenter, montrer une image positive et apporter toujours du positif.

Alexandre : OK. Toujours être dans cette démarche de valeur ajoutée et ne pas se contenter de parler de ce que l’on fait, c’est-à-dire je sors un livre, l’information en elle-même n’a pas beaucoup d’intérêt, mais qu’est-ce que ce livre va apporter et qui es-tu, toi Thiloan, ton histoire, etc., c’est beaucoup plus intéressant. Dernière question qui va sûrement intéresser ceux qui nous écoutent : quels outils tu utilises pour tes campagnes presse, tu fais des PDF, tu mets en page tes communiqués ou pas du tout, c’est un simple email ? Tout à l’heure tu nous as parlé d’une liste. Est-ce que tu peux nous en dire plus sur les outils que tu utilises ?

Thiloan : Oui, j’utilise en général un PDF. Je suis une Macvore.

Alexandre : Bienvenue au club.

Thiloan : Je reconnais que depuis que je travaille avec mon Mac, je me simplifie la vie. Je peux travailler sous Word mais en général j’exporte toujours en PDF, ce qui est beaucoup plus simple parce qu’au moins quand le journaliste ouvre le communiqué, je ne le mets jamais en pièce-jointe. Ça, c’est important aussi, ça peut faire partie du conseil. Ce que tu nous expliquais d’ailleurs, de ne pas mettre le communiqué en pièce jointe parce que la personne a besoin d’ouvrir tout de suite et de tomber sur quelque chose d’intéressant à ses yeux. De mettre des photos, c’est ce que je fais, j’illustre, je mets mes illustrations, je présente mon travail. Donc c’est toujours sympa d’avoir des images, du visuel. Ça permet aux personnes tout de suite de se concentrer sur la valeur ajoutée du produit. La mise en page qui fait que l’intérêt est porté immédiatement sur de la valeur ajoutée.

Alexandre : Pour résumer, si j’ai bien compris, tu envoies un mail avec des liens pour télécharger ensuite les images et le format PDF, c’est ça ?

Thiloan : En fait, je mets tout dans le PDF, j’inclus les photos dans le PDF tout simplement, ce qui fait que le PDF est enrichi avec les images qui apportent la valeur ajoutée au projet que je présente et que je propose.

Alexandre : OK. Dernière question sur les outils : tu utilises quel site pour envoyer ton communiqué de presse, si tu le fais ou pas d’ailleurs ?

Thiloan : J’envoie tout par Gmail, j‘envoie directement.

Alexandre : Tu les prends sur un site spécial ou tu les prends sur le site des journalistes pour récupérer les adresses des journalistes ?

Thiloan : J’utilise toutes les adresses que je trouve ici et là sur Internet, en allant sur les pages prévues à cet effet, je fais des copier-coller et je réunis toutes ces adresses et j’envoie au fur et à mesure.

Alexandre : Tout ça, ça me plait bien, c’est hyper intéressant parce que du coup ton budget presse, c’est quoi, c’est 0 euro presque ?

Thiloan : Oui, tout à fait.

Alexandre : Ça, c’est pas mal.

Thiloan : C’est exactement ça.

Alexandre : Comme tu le sais puisque tu as suivi la formation, je conseille souvent de passer par des plateformes de routage de communiqués de presse, effectivement ça a un prix, en moyenne si on fait une campagne en local, en national, ça coûte 200 euros, 300 euros pour les listes les plus segmentées et pour toutes les options. Mais toi, ce qui est génial, tu fais une technique que je propose, qui est du coup low-cost et hyper efficace en retour sur investissement quand on a des résultats, c’est de choisir les journalistes qu’on appelle cœur de cible, c’est-à-dire ceux qu’on veut absolument toucher parce que l’audience correspond ou parce qu’ils sont à côté de nous en termes de localité et c’est plus simple de les atteindre, et de leur envoyer à chacun d’eux carrément un email. Toi tu passes par ton fournisseur Gmail, les envoyer un par un avec ton PDF en leur expliquant la démarche. C’est aussi puissant puisque finalement c’est un travail qualitatif que tu fais. Tu choisis les journalistes qui sont dans ta région et qui sont intéressés par ça.

Thiloan : Tout à fait. Et en même temps, pas que des journalistes, je choisis dans ma cible, c’est-à-dire tout ce qui concerne les associations de malvoyants, les associations de handicapés. J’ai d’ailleurs un très bon retour aussi d’un site de handicap qui m’a fait une très belle parution, qui m’a dit de ne pas hésiter à le recontacter dès que ça concernait le handicap. Donc ne pas hésiter à cibler les personnes qui sont concernées par notre projet.

Alexandre : Pour résumer tout ça, ces premières expériences qui sont super concluantes, qu’est-ce que tu retires des relations avec les journalistes, la presse, pour tes projets ? Qu’est-ce que tu retires de cette expérience ?

Thiloan : De cette expérience, je retire de la confiance en moi parce que depuis, entre guillemets, je passe pour une experte. Pour la petite histoire, en 3 jours, suite à mon passage sur FR3, sur mon compte Google+ je suis passée de 30 vues à 43.000 vues.

Alexandre : C’est énorme.

Thiloan : Je suis à plus de 43.000 vues aujourd’hui, c’est dire comme je suis contente de ma formation. Avec aujourd’hui, dans la tête la compréhension de la différence entre un communiqué de presse et un dossier de presse.

Alexandre : Oui, c’est essentiel.

Thiloan : C’est essentiel. Encore une fois, la passion parce que toute la vision que j’avais jusqu’à aujourd’hui de mon travail a complètement évolué grâce à ça. Je suis aujourd’hui finalement dans le développement personnel où je ne vends plus un livre mais je vends un service, un service à la personne et un accompagnement à la personne grâce à mes livres, grâce à mes contes qui sont devenus des contes-thérapies, contes-thérapies dans le développement personnel.

Alexandre : OK. Pour rebondir sur tout ceci, sur les services que tu rends, j’ai vu que tu avais, au-delà de ces livres et de ces projets de ta maison d’édition, aussi un blog où tu donnais des conseils pour les auteurs. Est-ce que tu veux nous en dire plus là-dessus ?

Thiloan : Oui. J’ai créé le blog devenir-auteur-conteur.com pour aider les personnes comme moi, parce qu’il faut savoir aujourd’hui qu’il y a au moins la moitié des Français qui ont un manuscrit qui dort au fond d’un tiroir, que bien souvent ces personnes ne savent pas trop comment faire. Bien souvent elles se sont heurtées au monde difficile de l’édition. Du coup j’aide les gens à être édités éventuellement quand ils ont un projet qui est très intéressant, j’aide en même temps toutes ces personnes à avoir confiance en elles, à se faire connaitre et à se faire valoir, grâce à l’expérience que j’ai aujourd’hui, grâce à mes communiqués de presse. Toutes ces personnes qui ont besoin de conseils. Je lance dans pas très longtemps une formation sur « Comment devenir auteur conteur et gagner en visibilité » sur Internet. Comment écrire une histoire jeunesse soit un roman, et comment s’éditer, s’autoéditer, publier que ce soit sur toutes les plateformes Kindle, Smartphone ou Fnac, etc.

Alexandre : C’est super. En plus, c’est très pertinent comme marché. Il y a, comme tu le disais, beaucoup d’apprentis auteur ou d’auteurs qui souhaitent vraiment aller plus loin, parce que c’est un monde qui est assez vaste, l’édition et l’autoédition. C’est pertinent. Je mettrais le lien de ton site sur la transcription écrite de cette interview. Finalement tu as des projets qui sont hyper complémentaires, qui vont intéresser aussi les auteurs qui nous écoutent en ce moment, et je sais qu’il y en a pas mal. Justement pour conclure cette interview qui était assez riche en contenu, qu’est-ce que tu pourrais dire en message de fin à ceux qui nous écoutent ?

Thiloan : Évidemment, lire mes contes-thérapies.

Alexandre : Tu as raison, il faut profiter de ta tribune. C’est ce que j’aurais fait aussi.

Thiloan : Grâce à la confiance que j’ai acquis jusqu’à présent, grâce à mes communiqués de presse. Je ne sais plus.

Alexandre : Tu leur donnerais quoi en dernier conseil ?

Thiloan : Comme je disais tout à l’heure, le mot passion doit vraiment être un leitmotiv. Aider les personnes à parler de ce qu’elles aiment faire et de proposer aux personnes de leur changer un petit peu leur quotidien de tous les jours.

Alexandre : OK. Thiloan, je te remercie pour ces bons conseils et pour cette expérience que tu as partagée avec nous. Je te souhaite le meilleur pour la suite. Je n’en doute pas, à mon avis on te reverra dans les médias qu’ils soient locaux ou nationaux. Je te dis à très vite.

Thiloan : A très vite. C’est moi qui te remercie. A très bientôt. Au plaisir.

Vous avez une question ?

Vous souhaitez en savoir plus sur le parcours de Thiloan ou sur les méthodes de médiatisation  ? Laissez un commentaire ci-dessous et je vous répondrai !

7 réponses à Interview : Comment Thiloan Kenzouré est passée d’une audience de 30 vues à plus de 43 000 vues grâce à son passage TV sur France 3

  1. Cedric 25 février 2015 à 14 h 18 min #

    30 à 43 000 vue en 3 jours c’est un beau résultat !

    • Alexandre 25 février 2015 à 14 h 34 min #

      Sans oublier le budget de 0€ ! Thiloan est une cumularde 😉

      Les relations presse sont un puissant levier pour gagner en visibilité.

      Avec une bonne stratégie webmarketing derrière, les résultats sont là !

  2. Isabelle 26 février 2015 à 18 h 20 min #

    Un truc n’est pas clair. Tiloan dit : « j’exporte toujours en PDF, ce qui est beaucoup plus simple parce qu’au moins quand le journaliste ouvre le communiqué, je ne le mets jamais en pièce-jointe. »
    Le pdf, en général, est un document ajouté en pièce jointe, or il semble ici que la pièce jointe soit déconseillée.
    Alors, pièce jointe sous forme de document pdf ou pas pièce jointe ?
    Pouvez-vous repréciser svp ?

    • Alexandre 27 février 2015 à 13 h 14 min #

      Bonjour Isabelle,

      Je conseille lorsqu’on envoie un mail à un journaliste de lui proposer la version PDF du communiqué sous forme de lien dans le texte du mail.

      Car envoyer un mail directement avec le PDF en pièce jointe peut te faire entrer dans la liste SPAM de ton interlocuteur surtout s’il ne te connait pas.

      Alexandre

    • Cedric 6 mars 2015 à 15 h 41 min #

      Yes, Isa, tu peux faire ton PDF il le mettre sur ton Google Drive 😉

  3. Artyst 3 juillet 2015 à 17 h 13 min #

    Très beau résultat !!! Oo Surtout avec aucun budget.

  4. Claudine BAYARD 6 février 2017 à 9 h 53 min #

    Bravo pour cette parution!!

Laisser un commentaire

© 2015. Tous droits déposés.