La médiatisation est ainsi faite que lors d’une interview, télévisée ou radio-diffusée, vous allez devoir vous confronter au journaliste qui se charge d’animer l’émission à laquelle vous participez. Tous les journalistes ne sont pas sympathiques et compréhensifs, et certains aiment à se jouer de leurs invités pour stimuler l’audience et se tirer la couverture. C’est de bonne guerre, me direz-vous. Seulement voilà, lors d’un passage médiatique, vous jouez avec l’image de votre business. Pas question donc de prendre la mouche, ou de foncer tête baissée dans les pièges qu’on peut vous tendre. Ne vous attendez pas à ce qu’on vous fasse de cadeaux. La médiatisation est une bataille que vous devez vous préparer à livrer. Si vous devez rester le « bon client » en toutes circonstances, cela ne signifie pas que vous devez être un bisounours et que vous ne pouvez pas jouer de votre personnalité pour sortir des situations compliquées.

Comment jouer le jeu des journalistes pour éviter les questions pièges ?

La médiatisation est ainsi faite que lors d’une interview, télévisée ou radio-diffusée, vous allez devoir vous confronter au journaliste qui se charge d’animer l’émission à laquelle vous participez. Tous les journalistes ne sont pas sympathiques et compréhensifs, et certains aiment à se jouer de leurs invités pour stimuler l’audience et se tirer la couverture. C’est de bonne guerre, me direz-vous. Seulement voilà, lors d’un passage médiatique, vous jouez avec l’image de votre business. Pas question donc de prendre la mouche, ou de foncer tête baissée dans les pièges qu’on peut vous tendre. Ne vous attendez pas à ce qu’on vous fasse de cadeaux. La médiatisation est une bataille que vous devez vous préparer à livrer. Si vous devez rester le « bon client » en toutes circonstances, cela ne signifie pas que vous devez être un bisounours et que vous ne pouvez pas jouer de votre personnalité pour sortir des situations compliquées.

1) Soyez préparé, pas naturel

Lorsque vous passerez devant les caméras ou sur les ondes d’une radio, les risques sont trop grands pour tout miser sur l’improvisation. Vous devez être prêt, maîtriser votre sujet et ne pas passer trop de temps à chercher vos mots. Vous devez savoir comment finir une phrase quand vous la commencez et ne pas vous perdre dans un discours qui pourrait rapidement devenir incompréhensible.

  • Un discours travaillé : pour que votre storytelling soit efficace, vous devez évidemment le préparer à l’avance. Vous devez avoir dans votre manche des phrases toutes faites, vos fameux mots-clés, des parades pour recentrer le débat sur votre positionnement stratégique si le journaliste tente de vous en éloigner et des citations représentant de façon impactante votre business. On ne naît pas avec la faculté d’être à l’aise devant les médias cela s’apprend. Entrainez-vous à la prise de parole en public devant votre famille, vos amis, vos collègues… Répétez, répétez, répétez jusqu’à ce que votre discours soit fluide et logique. Vous devez savoir vous appuyer sur les points forts de votre argumentation et démonter toute attente visant à les rendre moins percutants. Des chiffres clés peuvent alors vous servir en guise d’exemples ou de démonstrations pour appuyer vos dires. Votre mojo doit être le suivant : ne laissez aucune place au hasard.
  • Un discours efficace : pour toucher vos cibles, votre prise de parole doit respecter un certain timing. Vous ne pouvez pas vous lancer dans un monologue de 20 minutes qui perdrait en intensité et en impact. L’audience ne veut pas de longues tirades qui les feraient décrocher dès les premières minutes. Votre discours doit être concis, clair et précis. Sachez où vous allez et empruntez le plus court chemin pour y arriver. Votre langage doit bien évidemment être soigné (évitez le familier), mais sans non plus trop en faire. Si vous restez dans le registre soutenu pendant tout votre temps de parole, vous risquez d’installer une distance avec votre public qui ne pourra alors pas vous percevoir comme quelqu’un de capable de répondre à leurs attentes.

2) Ne vous laissez pas déstabiliser par la pression médiatique

La présence du journaliste, les caméras, les lumières, les questions qui fusent, les contradictions… peuvent vous mettre la pression. Mais encore une fois, votre force repose sur votre argumentation, sur votre détermination et sur votre maîtrise d’un domaine qui vous est familier : votre activité professionnelle.

  • Faire face au jeu des questions-réponses : C’est le jeu… le journaliste et les intervenants vous posent des questions et vous laissent y répondre afin que vous puissiez exposer votre point de vue. Ces questions sont parfois piégeuses et peuvent vous faire trébucher. D’où l’importance de connaître forces et faiblesses de votre discours afin d’en identifier les points les plus attaquables. Ceci fait, vous serez mieux préparé à affronter les remarques se voulant plus dangereuses. Vos réponses seront déjà prêtes et votre aptitude à trouver la bonne parade pourra même impressionner. Si vous vous retrouvez bloqué et ne savez pas comment réagir face aux dires des intervenants, vous pourrez toujours utiliser des répliques « passe-partout » pour refaire surface (comme : je comprends votre question, mais le vrai débat, celui qui nous intéresse, cela serait plutôt de se demander si…). Cette échappatoire s’utilise cependant avec parcimonie pour ne pas mettre à jour vos lacunes et votre impossibilité à argumenter plus avant vos réponses.
  • Votre business au cœur du débat : gardez toujours à l’esprit que vous reflétez l’image de votre business. Une attaque aussi personnelle qu’elle soit ne peut pas déstabiliser votre argumentation. Vous n’êtes pas médiatisé pour régler vos comptes et laisser vos nerfs prendre l’ascendant sur vous. Vous devez toujours impérativement recentrer la discussion sur votre activité si vous sentez qu’elle dérape sur des sujets dont vous ne devriez pas parler à la télévision/radio. Là encore, votre préparation sera déterminante. La psychologie de la médiatisation est différente de celle de la vie quotidienne, vous devez strictement coller au personnage de l’entrepreneur qui partage son expertise sur un sujet donné, ni plus ni moins.

Jouer le jeu des journalistes représente bien plus que de simplement vous rendre sur un plateau et de répondre à quelques questions qui feront de vous la nouvelle coqueluche du net. Vous devez vous plier à des codes, aussi bien comportementaux qu’au niveau de votre discours. Un entraînement sérieux est requis, afin de ne rien laisser au hasard. On ne vous fera pas toujours de cadeaux, alors soyez prêt à entrer dans l’arène et à livrer un combat qui pourrait bien vous permettre de vous affirmer comme un professionnel incontestable.

, , ,

2 réponses à Comment jouer le jeu des journalistes pour éviter les questions pièges ?

  1. Binh 13 avril 2012 à 15 h 42 min #

    La préparation permet d’être plus à l’aise, et les techniques pour se mettre dans des états positifs avant le début de l’émission maximiseront tout ça !

    • Alexandre 13 avril 2012 à 15 h 45 min #

      Et comme le disait si bien Benjamin Franklin : “By failing to prepare, you are preparing to fail.”

Laisser un commentaire

© 2015. Tous droits déposés.