Vous avez sans doute entendu parler du Media Training… Ce qui se cache derrière ce terme à la mode n’est ni plus ni moins qu’un ensemble de conseils afin de vous préparer à effectuer la meilleure performance possible lors d’un passage médiatique. Une fois que tout est calé (support de diffusion, heure de passage, organisation de votre storytelling et affinage de votre image de bon client), vous allez, au fur et à mesure que le moment fatidique approche, ressentir le trac et la pression monter en vous. Vous savez que tout doit être parfait, jusqu’au dernier petit détail.

Comment ne pas stresser lors d'une prise parole avec les médias ?

Vous avez sans doute entendu parler du Media Training… Ce qui se cache derrière ce terme à la mode n’est ni plus ni moins qu’un ensemble de conseils afin de vous préparer à effectuer la meilleure performance possible lors d’un passage médiatique. Une fois que tout est calé (support de diffusion, heure de passage, organisation de votre storytelling et affinage de votre image de bon client), vous allez, au fur et à mesure que le moment fatidique approche, ressentir le trac et la pression monter en vous. Vous savez que tout doit être parfait, jusqu’au dernier petit détail.

Tout comme vous, Bob a décroché une interview. Une chaîne de télévision locale s’intéresse à son blog sur la vie sociale des perruches mexicaines. Il y a 2 semaines, il a reçu un coup de fil pour lui dire qu’aujourd’hui à 14 heures, il allait prendre la parole pendant 5 minutes en direct. Conscient de la chance qui se présente, Bob a tout planifié et se sent prêt à se lancer dans le grand bain…. Le problème c’est que Bob a oublié certains petits détails qui vont le mener à la catastrophe.

1) La mise en condition avant un passage médiatique

Bob arrive en avance dans le quartier où il a rendez-vous, histoire de prendre ses marques. Un peu avant midi, il se dit qu’il ferait bien d’aller au restaurant et de manger un petit quelque chose, pour se mettre dans les meilleures conditions pour effectuer son passage médiatique. Il sait qu’il doit manger léger pour ne pas se sentir barbouillé. Il prend donc un petit menu salade, accompagné d’un soda. Et là, Bob fait une erreur qu’il va regretter…

Une fois son repas terminé, Bob se rend dans les locaux de la chaîne de télévision, fait connaissance avec le journaliste qui va l’interviewer et son équipe, passe par la case maquillage puis prend place sur le plateau. La fameuse petite lumière rouge s’allume et l’émission débute. Le journaliste prend la parole et présente Bob au grand public.

La première question arrive et au moment de répondre, Bob est pris d’une crise de hoquet. Malheur ! En quelques secondes, le public se rit de lui et sa crédibilité en prend un méchant coup. Impossible de s’arrêter. Le journaliste est obligé de continuer le show en solo et même s’il semble en rire, il se dit que Bob est tout, sauf un bon client.

Ce que Bob a oublié c’est qu’avant un passage médiatique, la protection de ses cordes vocales et de son estomac sont des priorités. Il faut donc choisir sa boisson avec grand soin. Les sodas et autre eaux gazeuses provoquent crises de hoquet, l’apparition de renvois et tirent sur la vessie. Pauvre Bob, il vient de ruiner sa carrière médiatique !

2) Le choix de votre boisson se doit d’être réfléchi

Si les boissons gazeuses sont donc fortement déconseillées avant de prendre la parole en public, notez bien qu’elles ne sont pas les seules à pouvoir influencer de manière négative votre performance lors d’un passage médiatique.

Ainsi, la caféine comprise dans le café (mais aussi dans le thé) peut vous rendre nerveux et provoquer des crampes d’estomac, notamment si vous le buvez sans rien manger à côté. De même, l’absorption de lait peut créer une surproduction de mucus dans votre bouche, ce qui handicapera votre discours. Enfin, avant de prendre une boisson chaude, assurez-vous que cette dernière soit à température raisonnable pour ne pas vous brûler le palais ou la langue.

Quid de l’alcool vous demandez-vous ? Un petit verre de vin ne peut pas faire de mal et cela vous détendrait sûrement… Sauf qu’on ne sait jamais comment on va réagir sous l’effet du stress. L’alcool, quel qu’il soit, peut en effet affecter la mémoire, vous faire transpirer abondamment, ou tout simplement écorner votre crédibilité de par son odeur diffusée par votre haleine.

3) Comment s’hydrater convenablement avant un passage médiatique ?

Si le choix de la boisson semble logiquement se limiter à l’eau plate, c’est au niveau de la quantité qu’il paraît important d’émettre une remarque. Contrairement à ce que vous pouvez penser, il va vous falloir boire plus qu’à l’accoutumée et apporter votre bouteille d’eau avec vous lors de votre prise de parole, afin de ne pas souffrir de la désagréable sensation d’avoir la bouche sèche.

Le fait de porter votre bouteille ou un verre à votre bouche pourra de plus vous permettre de rapidement réfléchir à une question qu’on vient de vous poser et vous donner un peu de contenance (attention à ne pas abuser de ce stratagème qui mettrait en valeur votre manque d’assurance si trop fréquent).

Notez aussi que l’eau ingurgitée devra être à température ambiante. Une eau trop froide pourrait en effet avoir une répercussion sur la tension de vos cordes vocales, les rendant alors moins flexibles, ce qui impacterait la qualité de votre élocution.

Si l’alimentation ou le choix de votre boisson semblent être des détails dans la minutieuse préparation d’un passage médiatique, sachez qu’ils ont leur importance dans la construction de votre image de « bon client » des médias. Des détails à première vue futiles peuvent entacher votre crédibilité et ruiner vos espoirs de voir votre blog ou business s’affirmer comme un leader sur son marché de par la démonstration d’un statut incompatible avec celui d’expert.

, ,

Trackbacks/Pingbacks

  1. La sélection proactive n°40 - Proactive Activity | P.A - 8 décembre 2012

    […] Que faut-il boire avant de prendre la parole dans les médias ? Par  Devenez médiatique […]

Laisser un commentaire

© 2015. Tous droits déposés.