Si nous discutons chaque semaine des outils à votre disposition pour réaliser de bonnes performances lors de vos passages médiatiques, il est bien évident que personne n’est à l’abri de petits (ou plus importants) dérapages. Que ce soit le fait de clairement hésiter lors de la formulation d’une réponse, de ne pas comprendre une question ou tout simplement de laisser exprimer sa colère suite à un commentaire que l’on juge injuste ou blessant. Ces erreurs comportementales peuvent servir d’arguments aux journalistes pour dépeindre un portrait négatif de votre business, ce qui évidemment nuira à votre image de marque. Pire, dans certains cas, c’est tout simplement l’analyse de votre contenu qui se veut sévère et peu réaliste (c’est le cas si la presse s’intéresse à vos produits/services sans vous interviewer auparavant).

Comment prévenir et réagir face à la critique des journalistes ?

Si nous discutons chaque semaine des outils à votre disposition pour réaliser de bonnes performances lors de vos passages médiatiques, il est bien évident que personne n’est à l’abri de petits (ou plus importants) dérapages. Que ce soit le fait de clairement hésiter lors de la formulation d’une réponse, de ne pas comprendre une question ou tout simplement de laisser exprimer sa colère suite à un commentaire que l’on juge injuste ou blessant. Ces erreurs comportementales peuvent servir d’arguments aux journalistes pour dépeindre un portrait négatif de votre business, ce qui évidemment nuira à votre image de marque. Pire, dans certains cas, c’est tout simplement l’analyse de votre contenu qui se veut sévère et peu réaliste (c’est le cas si la presse s’intéresse à vos produits/services sans vous interviewer auparavant).

Comment réagir à la critique des médias

L’efficacité de votre réaction face à la critique reste, soyons clairs, relativement peu efficace face aux dégâts que les journalistes peuvent provoquer en termes de crédibilité et de légitimité sur votre marché concurrentiel. Cela dit, cette affirmation est atténuée selon le média qui diffuse votre information, votre degré d’implication et sa portée.

  • La presse en ligne : un article qui paraît sur un pure player ou un site spécialisé et qui ferait de la mauvaise publicité à l’encontre de votre blog ou de votre business et difficilement attaquable. Certes vous pouvez écrire directement au journaliste ayant fait une critique négative, voire à sa rédaction, mais rien ne vous assure qu’ils répondront. Votre seul recours reste alors de ne pas faire figurer cet article dans votre newsroom et d’espérer que peu nombreux seront les lecteurs à s’y intéresser. Cet exemple est cependant enrichissant en ce qu’il démontre l’intérêt de commencer le processus de médiatisation à petite échelle (petits sites internet). Cela permet de limiter les risques et de vous assurer d’un retour positif avant de continuer l’aventure. Avec un peu de chance, le journal modifiera son article (en proposant une mise à jour sous forme de note), mais c’est dans les faits, très rarement le cas. Il vous reste la possibilité de commenter l’article… mais il vous faudra être très pertinent pour ne pas démontrer un certain caractère puéril.
  • La presse écrite : les journalistes de la presse écrite sont déjà plus enclins à venir chercher des informations auprès de vous, ce qui limite l’affabulation ou la critique gratuite. Cependant, si le contenu délivré reflète un manque de professionnalisme vous n’échapperez pas à la critique. À vous donc de peaufiner au maximum communiqués et dossiers de presse afin de ne pas ouvrir la porte aux attaques faciles. La critique est aussi un moyen rédactionnel utilisé par certains journalistes pour se démarquer. Prenez Menès dans le domaine sportif par exemple… lui envoyer votre contenu, c’est prendre un risque volontaire. Le conseil est alors de bien cibler les journalistes contactés, notamment en lisant leurs articles au préalable. Mieux vaut éviter les taquins et les adeptes du sensationnel si votre image de marque et votre réputation son encore fragiles. Il est à noter qu’il existe un droit de réponse légal lors de la parution d’un article traitant de votre actualité. Vous pourrez alors démonter les arguments du journaliste en question, mais sachez que quand le tord est déjà fait, il est en réalité très difficile de l’atténuer.
  • La radio : en règle générale. Lors d’une émission de radio, vous serez invité et votre passage médiatique prendra la forme d’une interview. Éviter la critique repose donc sur votre capacité à adopter l’attitude du bon client et à démontrer un certain charisme via vos prises de parole. Si vous pensez qu’on vous attaque, essayez tant que faire se peut de réagir avec humour, sans vous emporter. Vous ne voudriez pas vous faire éjecter du plateau ou provoquer une réelle dispute. Laissez les gens parler et essayez de démonter les raisonnements de vos opposants en vous attaquant aux faiblesses de leur discours.
  • La télévision : le passage médiatique le plus excitant est aussi bien entendu le plus dangereux et le plus dévastateur en cas de contre-performance. Vous vous présenterez face à plusieurs millions de spectateurs potentiels, ne l’oubliez pas. Une critique est alors bien évidemment plus difficile à encaisser dans ce contexte. Mais plus que jamais votre aptitude à rester ouvert d’esprit, agréable et à recentrer le débat sur vos qualités et vos points forts sauront jouer en votre faveur. Ne vous laissez pas déborder ou décontenancer. Les journalistes savent très bien qu’ils bénéficient d’un statut particulier qui leur permet d’attaquer leurs invités. N’entrez pas dans leur jeu. Soyez vous-même, mais gardez toujours à l’esprit que vous êtes là pour défendre votre business, pas votre personne.

Comment prévenir la critique des journalistes ?

Le mieux reste de tout faire en amont pour éviter de laisser un quelconque champ d’action aux journalistes. Moins ils auront d’ouvertures, d’angles d’attaque, moins ils seront virulents.

  • Une actualité et de l’information : comme vous le savez, votre communication vis-à-vis des médias se base sur une actualité réelle et créatrice de valeur ajoutée exprimée via un communiqué de presse et une information aussi complète que possible dévoilée dans votre dossier de presse. Ces documents sont vitaux et le soin apporté est donc décisif. Soyez clair et précis. Un bon dossier de presse ne laisse que peu de place à l’analyse personnelle en ce que les journalistes se basent la plupart du temps sur ce dernier pour formuler leurs questions.
  • Le média-training et le storytelling : l’art de bien figurer face aux médias n’est pas inné. Il va falloir vous entraîner, encore et encore jusqu’à ce que vos interventions soient naturelles et que vous puissiez répondre à toute question portant sur votre activité, aussi saugrenue soit-elle. Des mises en situation pourront alors vous aider. Ne lésinez pas sur les moyens : enregistrez-vous, filmez-vous, analysez vos prises de paroles… votre capacité à parler aux journalistes limitera leur propension à vous attaquer.
  • L’attitude de bon client : la meilleure réponse à la provocation, c’est l’ignorance. Et le développement d’une personnalité de bon client répond à cette logique. En étant sympathique, agréable, souriant, ouvert et charismatique, vous couperez court à toute envie de vous tailler un costard. Ce serait alors le journaliste qui perdrait toute crédibilité…

La critique médiatique est un phénomène difficile à surmonter quand elle est formulée. D’où l’importance de se préparer en amont pour en limiter la manifestation. Via cette production j’aimerais malgré tout vous faire réfléchir. Se lancer dans le petit monde médiatique comporte des risques. Sans préparation, vous irez droit dans le mur. Êtes-vous prêt à faire ce qu’il faut pour ne pas subir de plein fouet les retombées négatives d’une critique acerbe ?

Trackbacks/Pingbacks

  1. Revue #Carrière Hebdo de @SemeUnActe N°25 | Semeunacte.com - Cultivateur De Leaders - 19 janvier 2013

    […] Comment prévenir et réagir face à la critique des journalistes ? Par Devenez Médiatique […]

Laisser un commentaire

© 2015. Tous droits déposés.