Faut-il accepter toutes les demandes d’interviews des journalistes ?

Chaque semaine vous pouvez lire sur mon blog des articles mettant en lumière les atouts et les retombées positives liées à la médiatisation : augmentation sensible de la visibilité, du trafic, du chiffre d’affaires, diffusion de son image, instauration du rôle d’expert, démarcation avec la concurrence… Bref, les possibilités sont infinies. Seulement voilà, comme tout autre phénomène positif, la médiatisation peut avoir des effets pervers. Comment ? Et bien tout simplement en diffusant le mauvais message, en le chargeant de double sens ou encore en l’employant dans le cadre de comparaisons abusives. Alors si vous n’êtes pas responsable de la construction de l’interview à laquelle vous participez, vous pouvez tout de même éviter certains pièges, notamment en triant les demandes de passages médiatiques qui vous sont adressées. Cet article a justement pour but de vous aider à effectuer ce tri et à comprendre l’intérêt de filtrer les demandes médiatiques pour la santé de votre business :

1) Les risques d’une médiatisation mal orientée

Pour faire dans le concret et vous faire saisir l’importance de n’accepter que les opportunités de médiatisation «positive» laissez-moi vous donner un exemple : pensez au spot publicitaire qui vous énerve le plus. Maintenant soyez honnêtes, voulez-vous acheter le produit mis en avant ? Non. À quoi assimilez-vous la marque ? Bien souvent à des gens qui vous prennent ouvertement pour un mouton. Pensez-vous que c’était l’objectif premier de leur communication ? Évidemment non, mais l’axe choisi n’est pas le bon et l’image du groupe en subit les conséquences. C’est un peu la même chose avec les interviews portant sur votre business. Vous devez être extrêmement attentif aux styles d’émissions et de journalistes auxquels vous allez faire face :

  • Un angle défavorisant : lorsque un journaliste vous propose un passage médiatique, vous devez savoir de quoi parle son émission et surtout comment elle est axée. Certains programmes qui se veulent informatifs et au cœur des nouvelles tendances en ce qui concerne le mode de vie des Français sont très pointilleux et vous donne le mauvais rôle, ou en tout cas salissent votre image en utilisant des contre-exemples négatifs. Si un sujet du type « l’argent et le business », où « les ficelles du business en ligne » vous est proposé, assurez-vous qu’on ne vous fera pas passer pour une personne à la limite de la légalité. Certaines chaînes de télévision sont spécialisées dans le message dur envers les entreprises, pour soi-disant « aider les consommateurs ». Je parle ici de M6 (notamment avec Capital) ou encore TF1 avec ses reportages de proximités. Leur but est de jouer sur la frustration des spectateurs et vous pourriez en être la victime que vous le vouliez ou non. Je vous conseille de faire très attention et d’avoir tendance à refuser ce genre de risques nuisibles sur le court terme.
  • Un thème en adéquation avec votre business : sans vraiment qu’on sache pourquoi, il arrive qu’on vous invite à participer à une émission dont le thème n’a qu’un infime rapport avec votre activité. Elle peut par exemple correspondre à vos loisirs personnels (et encore ce n’est pas toujours le cas). Le problème est que vous ne parviendrez pas à diffuser vos mots-clés et à faire de la bonne publicité aux consommateurs. Dans le pire des cas, vous allez même mettre en lumière certains aspects de votre vie qui n’a aucun rapport avec votre business et qui pourrait avoir une influence négative sur ce dernier. Ne vous sentant pas forcément à l’aise au moment de répondre à des questions sur des thèmes pour lesquels votre status d’expert est loin d’être incontestable, vous risquez de faire une mauvaise prestation qui pourrait vite se terminer en « bad buzz ». Pas sûr que de finir dans le zapping de Canal + soit la meilleure des manœuvres en termes de communication et de certification de sa qualité et de son sérieux. Pour éviter ce genre d’évènements fâcheux, veillez bien à trier sur le volet les sujets auxquels on vous propose de participer et les gens avec qui on vous fera collaborer. C’est vital pour votre business !

2) Comment choisir ses interviews efficacement ?

En prenant conscience des enjeux d’une médiatisation mal employée ou mal axée, vous comprenez plus aisément l’importance d’être exigeant dans le choix de vos passages médiatiques. Mais ne soyez pas réticent pour autant et gardez en mémoire les articles précédant de notre blog : un bon choix apporte de nombreux avantages et offrent de multiples retombées. Voici un rapide descriptif des points positifs des émissions où types d’interviews que nous vous conseillons d’accepter :

  • Soyez la solution au problème : si un sujet se propose de vous introduire comme l’une des solutions (voire la solution) crédible à un problème concret, vous ne devez pas hésiter. Même si vous n’êtes pas le personnage principal de l’émission, le fait qu’on parle de vous pour résoudre une situation problématique démontre que vous créez de la valeur ajoutée et redore votre blason de fort belle manière. Vous posséderez ainsi le bon rôle en diffusant une image positive et sérieuse de votre business. Ce type d’émission n’est pas forcément grand public, mais intéresse au moins votre cœur de cible, les professionnels qui verront en vous un probable partenaire ou un concurrent sérieux. Quoi qu’il en soit un passage médiatique qui vante l’efficacité de votre activité ne peut être que bénéfique. Vous pourrez ensuite le placer sur votre blog, augmentant votre affluence et permettant un meilleur référencement naturel. Tous les feux sont donc au vert pour ce type de programme !
  • Les émissions à très forte audience, le dilemme : Voilà qui peut être une des décisions les plus difficiles à prendre dans votre parcours médiatique. Certaines émissions représentent un réel risque, mais leurs retombées en cas de succès peuvent être gigantesques. Je parle évidemment des émissions emblématiques, comme le Grand Journal de Canal + ou On n’est pas couché sur France 2, où vous serez questionné par des gens de tous horizons et parfois dégommé par certains, ou même pris dans la tempête de débats houleux. Nous vous conseillons d’accepter ces propositions si vous savez ce que vous faites, que vous avez le goût du risque et que vous considérez être le « bon client » pour ce genre de programme : vous pourrez alors bénéficier de l’effet d’annonce pour lancer de nouveaux produits ou nouveaux services dont les ventes devraient exploser si le reste de l’émission se passe dans les meilleures conditions. Attention tout de même, nous vous conseillons de refuser ces programmes si c’est votre première apparition médiatique. C’est un gros poisson et en cas de mauvaise prestation vous pourriez en subir les conséquences pendant un petit moment !

Vous comprenez maintenant l’intérêt de ne pas accepter tout et n’importe quoi en matière de médiatisation. Vous devez évaluer les risques et les retombées possibles avant d’accepter et de vous lancer dans chaque nouveau projet. Concentrez-vous sur le bien de votre business, et n’oubliez pas, la star, c’est lui !

, , , , , , , ,

2 Responses to Faut-il accepter toutes les demandes d’interviews des journalistes ?

  1. Julien | thelifelist 03/02/2012 at 09:32 #

    De manière générale, passer à la télévision n’est pas donné à tout le monde. Cela demande de la préparation. Que vais-je raconter, comment rebondir aux questions pièges et surtout quelle image mon langage corporel renvoit-il ? Délivrer le bon message de la mauvaise manière risque plus de nous nuire que de nous apporter. Se retrouver sur le plateau du grand journal, puisque tu cites l’exemple, demande une excellente gestion du stress (surtout si vous passez en même temps que… Eric et Ramzy par exemple)!

    • Alexandre 03/02/2012 at 10:26 #

      Hello Julien,

      La première fois que je suis passé à la télévision je n’étais pas aussi à l’aise qu’aujourd’hui. Je me suis analysé pour comprendre ce que je devais améliorer pour les prochains et j’ai vite évolué.

      Pareil pour la construction du discours face aux journalistes, ca se travaille. D’ailleurs ca fait partie du média training que pas mal de personnalités ou d’hommes politiques suivent dans des formations spécialisées.

      D’ailleurs je vais bientôt publier un article dont le but sera d’aider mes lecteurs à devenir « Le bon client » des médias.

      Après je pense qu’il ne faut pas sur-estimer le jugement des gens : ils sont finalement plutôt tolérant par rapport à une prestation moyenne, c’est surtout vis à vis de soi que le challenge est important.

      Oui pour l’exemple du Grand Journal, c’est ce que je dis aussi : attention à ne pas viser trop haut si vous ne le sentez pas encore. Personnellement le Grand Journal + Eric&Ramzy, je fonce ;)

Laisser un commentaire

CommentLuv badge

 
Prénom :
Email * :
* champ obligatoire.