On vous a souvent parlé de l’importance du langage corporel en ce qui concerne le développement de votre crédibilité lors d’une interview télévisée. Aucun journaliste ne veut se retrouver face à un particulier qui ne semble pas être doué de mouvement. Tout comme le reste de votre corps, la position et le balancement de votre crâne ont une signification toute particulière. Nous sautons aujourd’hui à pieds joints dans le média training pour analyser le message ainsi diffusé et les moyens de le contrôler. Quand on vous dit que chaque détail compte !

Comment devenir plus crédible face à la caméra ?

On vous a souvent parlé de l’importance du langage corporel en ce qui concerne le développement de votre crédibilité lors d’une interview télévisée. Aucun journaliste ne veut se retrouver face à un particulier qui ne semble pas être doué de mouvement. Tout comme le reste de votre corps, la position et le balancement de votre crâne ont une signification toute particulière. Nous sautons aujourd’hui à pieds joints dans le média training pour analyser le message ainsi diffusé et les moyens de le contrôler. Quand on vous dit que chaque détail compte !

1) Pourquoi faut-il bouger sa tête devant la caméra ?

La médiatisation est un phénomène toujours impressionnant quand on débute. On ne sait pas vraiment comment réagir face aux caméras, quel comportement adopter ou réflexes éviter. Naturellement, on se dit qu’il faut se tenir droit pour affirmer son charisme et sa confiance en soi et ce n’est pas entièrement faux.

Ce qu’il faut éviter à l’inverse, c’est la rigidité. Si vous ne bougez pas de manière naturelle, votre audience le remarquera. Non pas qu’on sera capable d’identifier clairement ce qui ne colle pas, mais quelque chose laissera apparaître votre mal aise, l’incompatibilité de votre personnage avec les feux des projecteurs.

N’avez-vous jamais vu une interview télévisée d’un professionnel qui semblait complètement « gelé » comme s’il était robotisé, incapable de bouger de manière rationnelle ? C’est sans doute l’absence de mouvement de sa tête qui vous a fait cet effet.

Maintenant, allumez votre télévision et zappez sur une sitcom ou série quelconque. Réduisez le volume de sorte de ne plus avoir que l’image. Intéressez-vous à la tête des protagonistes qui prennent la parole. Que remarquez-vous ? Que tous, sans exception font de petits mouvements avec leur tête !

Ces mouvements sont d’ailleurs naturels, ce n’est pas quelque chose qu’on apprend. Le seul problème, c’est qu’en prenant conscience que chaque fait et geste de notre langage corporel est perçu par des milliers de spectateurs, on se bloque, la nervosité agissant comme un frein inconscient.

2) L’empathie, la qualité du « bon client »

Les mouvements de votre tête doivent être adaptés au contexte.

D’abord naturels quand vous prenez la parole, puis empreints d’empathie lorsque vous acquiescerez face au discours du journaliste commentant votre actualité afin de donner plus de légitimité à ses dires et donc renforcer votre image de bon client.

N’ayez pas peur non plus de balancer votre tête de gauche à droite pour contredire une éventuelle fausse affirmation émise à votre sujet, notamment par d’autres invités (évitez de marquer trop ouvertement votre opposition face au journaliste pour ne pas nuire à votre image de marque).

Faites toujours attention où se situe exactement la camera pour ne pas être surpris à faire des gestes qui seraient mal perçus par votre audience et prêtez attention au rythme de chacun de vos mouvements. Si ces derniers sont trop rapides vous remettriez instantanément en question votre charisme.

Ah, la médiatisation est décidément un exercice au cours duquel chaque détail compte. Le moindre mouvement (ou son absence), la moindre parole… Chacune de vos attitudes touche directement tout un panel de cibles et influence l’image de marque de votre business.

Rester naturel face à un public n’est jamais chose simple. À vous de bien étudier vos mimiques, gestes nerveux ou réactions en analysant vos prestations post-passages médiatiques ou en vous entraînant à parler devant une caméra et des auditeurs (amis, famille…). Ce qui est certain, c’est qu’il va falloir garder la tête froide !

7 réponses à Comment devenir plus crédible face à la caméra ?

  1. Nathanael 14 décembre 2012 à 6 h 15 min #

    Merci pour ces quelques conseils que je penserai à appliquer pour une prochaine itw.
    A l’inverse quelle image renvoie une personne qui à l’inverse bouge trop ?

    • Alexandre 14 décembre 2012 à 10 h 24 min #

      Bonjour Nathanael,

      Trop bouger est un signe d’anxiété ou d’énergie mal canalisée (manque de contrôle sur soi ou sur son message).

      Dans tous les cas en TV, mieux vaut bouger trop que pas assez car c’est un média qui absorbe un très grosse dose d’énergie (il est impossible d’avoir une conversation normale type terrasse de café en TV sans que se soit chiant pour le téléspectateur qui est habitué aux montages stimulants et à un changement de plan toutes les 3 secondes …)

      Alexandre

  2. Guillaume 28 décembre 2012 à 16 h 57 min #

    Salut Alexandre, c’est encore moi !

    Who, je réalise en lisant ton blog toute la difficulté d’une intervention face caméra, j’en ai fait quelques-unes et je crois avoir beaucoup de chance, car je n’ai pas de problème pour rester moi-même devant une caméra.

    Je sens la caméra bien sûr et je sais que je suis observé et écouté par plusieurs centaines de personnes, mais le naturel réussi toujours à reprendre le dessus lorsque je commence à répondre.

    Je ne pourrais pas l’expliquer, mais dès que je prends la parole, j’ai l’impression de parler avec un ami sur une terrasse de café 🙂

    Merci encore pour les tuyaux !

    Amicalement,

    Guillaume

    • Alexandre 28 décembre 2012 à 17 h 38 min #

      Salut Guillaume,

      L’idéal quand on s’exprime devant une caméra, est d’atteindre une expérience de Flow, concept parfaitement introduit et expliqué par Mihaly Csikszentmihalyi dans son ouvrage « Vivre : La psychologie du bonheur ».

      Lorsque j’ai répondu à ma première interview TV à l’age de 19 ans, j’associais la caméra au stress, puis avec l’expérience je suis devenu plus fluide et j’ai compris quels étaient les mécanismes qui me permettaient de répondre à n’importe quelle question tout en étant fluide dans mon contenu ET dans mon attitude.

      Aujourd’hui quand une caméra se braque en face de moi, cela me donne une énergie folle et je n’ai pas besoin de penser à ce que je vais dire pour être efficace. C’est un système de pensée qui est devenu complétement inconscient chez moi et qui me permet de ne pas perdre mes moyens que cela soit pour une interview pour le JT de France 2 ou une toute petite émission sur le web.

      On en revient donc toujours à ce vieil adage : c’est en forgeant, que l’on devient forgeron 😉

      Alexandre

      • Guillaume 31 décembre 2012 à 17 h 01 min #

        Merci pour l’explication et la ressource, je ne connaissais pas ce livre.

        Bon même si je ne stress pas devant une caméra, je vois que j’ai encore beaucoup de progrès à faire au vu de ton niveau !

        Il n’y a plus qu’à forger comme tu l’as dit.

        Ajouté à Amazon à la liste de mes prochaines lectures 🙂

        Amicalement,

        Guillaume

  3. EL SHESHTAWY 11 juin 2014 à 14 h 07 min #

    Alexandre,

    Je me permets de vous contacter afin de vous poser quelques questions.

    Dans le cadre de ma formation en Ressources Humaines, je dois réaliser une vidéo prodiguant des conseils aux managers pour communiquer face à une caméra.

    Quel(s) conseil(s) pourrai-je leur donner ?

    Les conseils sont essentiellement axés sur la forme et non le fond.

    Merci par avance.

Laisser un commentaire

© 2015. Tous droits déposés.