Si vous savez que votre médiatisation repose en grande partie sur votre capacité à rédiger communiqués et dossiers de presse (vous trouverez d’ailleurs toutes les astuces et méthodes à appliquer dans ce domaine sur ce blog), il est vital de comprendre à qui vous vous adressez avant de vous plonger dans votre rédaction. Posez-vous ces quelques questions : qu’est-ce qu’un journaliste ? Quelle est sa fonction ? Quels sont ses impératifs et ses contraintes ? Des réponses découle la stratégie à adopter en matière communication avec la presse. Nous avons souvent souligné le fait que les journalistes sont perpétuellement sollicités, rendant leur travail fastidieux. Ce n’est donc pas une surprise : les journalistes sont des gens occupés. Mais alors comment parvenir à susciter leur intérêt ? Comment être sûr que votre contenu sera assez impactant pour être concrétisé en sujet médiatique ? Et bien chers lecteurs, votre mission si vous l’acceptez, est de simplifier la vie de ces pauvres bourreaux de travail !

Comment exploiter les failles des journalistes pour faciliter votre médiatisation ?

Si vous savez que votre médiatisation repose en grande partie sur votre capacité à rédiger communiqués et dossiers de presse (vous trouverez d’ailleurs toutes les astuces et méthodes à appliquer dans ce domaine sur ce blog), il est vital de comprendre à qui vous vous adressez avant de vous plonger dans votre rédaction. Posez-vous ces quelques questions : qu’est-ce qu’un journaliste ? Quelle est sa fonction ? Quels sont ses impératifs et ses contraintes ? Des réponses découle la stratégie à adopter en matière communication avec la presse. Nous avons souvent souligné le fait que les journalistes sont perpétuellement sollicités, rendant leur travail fastidieux. Ce n’est donc pas une surprise : les journalistes sont des gens occupés. Mais alors comment parvenir à susciter leur intérêt ? Comment être sûr que votre contenu sera assez impactant pour être concrétisé en sujet médiatique ? Et bien chers lecteurs, votre mission si vous l’acceptez, est de simplifier la vie de ces pauvres bourreaux de travail !

1) Une surcharge d’information à traiter

Les journalistes reçoivent chaque jour des centaines de mails de toutes sortes : publicités, communiqués de presse, dossiers de presse, invitations à couvrir des évènements… Pensez-vous sincèrement qu’ils prennent le temps de tout lire en détail avant de prendre une décision sur le bien-fondé de la création d’un contenu médiatique ?

  • Les journalistes sont moins acharnés que vous ne le pensez : le but ultime du journaliste est de trouver de l’information pour illustrer l’actualité. Seulement voilà, la rentabilité étant au cœur de toute activité, les journalistes ne veulent pas passer des heures à parcourir des dossiers de presse avant de les concrétiser en sujets. Non, ce qu’ils veulent c’est un travail prémâché, lisible et facilement assimilable. Fainéantise ? Peut-être… Mais qui peut leur en vouloir ? Gardez toujours ce fait en tête lors de la rédaction d’un communiqué ou d’un dossier de presse. Votre concision et votre précision représentent vos principaux atouts. Ne vous étalez pas en longueur en tartinant sur des pages et des pages. Des titres explicites, mis en valeur par une présentation aérée, des jeux de polices pour faire apparaître les mots-clés et les idées principales de votre raisonnement valent bien mieux qu’un développement logique construit sur des arguments indiscutables que les journalistes ne prendront même pas le temps de lire.
  • Jouez sur la sensibilité de l’humain : les journalistes sont des personnes normales, comme vous et moi. À ce titre, ils accordent plus facilement leur attention aux expéditeurs qui leur glissent un petit cadeau, comme un échantillon gratuit, ou un message personnel (notamment lors de la livraison d’un dossier de presse sans communiqué de presse pour l’appuyer). Attention, je ne vous parle pas de corruption ou d’avantages en nature, mais bien de quelque chose en lien avec votre activité. Quoi qu’il en soit, la personnalisation de votre envoi peut jouer un rôle dans les résultats obtenus.

2) Une faiblesse qui peut rapporter gros

La volonté de traiter l’information de façon rapide pousse souvent les journalistes à effectuer des recherches qui se veulent limitées. Cela vous permet de vous ériger en source informationnelle à condition de fournir le matériel adéquat pour être publié. Vous avez donc toutes les chances de parvenir à vos fins en vous mettant à la place du journaliste.

  • La rédaction journalistique en perdition : les journalistes qui rédigent du contenu à la sueur de leur front se font de plus en plus rares. La plupart d’entre eux utilisent cette fonction bien utile de leur clavier : le copier-coller. En partageant un maximum d’informations sur votre business et votre secteur d’activité (toujours en restant le plus concis possible sur chaque sujet abordé), vous facilitez donc grandement le travail d’enquête du journaliste. Certes, il effectuera une petite relecture, mais il n’est pas rare de voir son communiqué ou son dossier presse publié tel quel, sans modification aucune. Si c’est le cas, c’est que vous avez effectué un bon travail : le journaliste s’accapare votre production sans douter de vos capacités rédactionnelles. D’où l’intérêt d’utiliser vos mots-clés et d’être explicite dans la formulation de votre positionnement stratégique. Les informations diffusées ont de grandes chances de provenir directement de vos ouvrages, vous imposant comme source informationnelle. Les journalistes ne sont plus des rédacteurs, mais de plus en plus des diffuseurs d’informations synthétisées.
  • Les objectifs de votre communication : pour que votre communication soit efficace, vous devez axer votre rédaction sur l’information intrinsèque. Soyez toujours direct et faites apparaître des notions impactantes comme des chiffres clés, des titres et chapeaux évocateurs, des illustrations parlantes… La forme de vos communiqués et dossiers de presse est tout aussi importante que le fond. Les journalistes ne liront pas forcément tout le contenu de votre création. Veillez donc à ce qu’une lecture en diagonale suffise à comprendre le sens de vos propos et la démarche mis en avant. C’est la ligne directrice de vos rédactions : avant d’envoyer votre travail, relisez-le en vous mettant à la place d’un journaliste. Les informations doivent vous sauter aux yeux et vous devez pouvoir comprendre de quoi on parle en quelques minutes.

On pense souvent devoir partager un maximum d’informations et des arguments solides au travers d’une rédaction développée pour démontrer sa capacité d’analyse et ainsi susciter l’intérêt des journalistes. Ce n’est pas vraiment le cas. Ce que vous devez faire pour toucher vos cibles, c’est un travail concis, clair et précis. Ne vous lancez pas dans des rédactions sans fin agrémentées d’exemples et d’anecdotes inutiles. Gardez toujours à l’esprit que pour un journaliste le temps est une denrée rare. Il ne passera que très rarement plus de quelques minutes sur votre production. À vous de savoir retenir son attention pendant ce court délai.

, , ,

Pas encore de commentaires.

Laisser un commentaire

© 2015. Tous droits déposés.